Roche & Cie

Le point sur l’Immobilier de luxe Parisien

L’Etat de l’Immobilier de luxe Parisien

Dans un contexte de taux de crédits attractifs et de prix modérés, force est de constater que les acheteurs font leur retour dans la capitale française. Voilà le constat dressé par le réseau d’agences immobilières de luxe Sotheby’s.

Paris demeure une destination privilégiée par les investisseurs internationaux. Après, les îles privées, Los Angeles, Londres et New York, elle est la ville la plus prisée selon l’étude réalisé par Sotheby’s sur l’analyse du trafic de son site internet.

Alexander Kraft, PDG de Sotheby’s International et Realty France et Monaco, ne s’en étonne pas. « La ville lumière propose à la fois un marché relativement stable, un placement sûr et moins cher que la plupart des grandes métropoles, une histoire et un charme qui lui sont propres« , souligne le dirigeant.

Notons également qu’après une période marquée par une perte de confiance des acheteurs, la reprise du marché haut de gamme parisien se confirme.


Des acquéreurs Français

Point sur l’immobilier parisien

Cette effervescence des acquéreurs pour les résidences de luxe parisiennes est également alimenté par les taux de crédit immobilier, qui restent très attractifs. « En moyenne, on peut emprunter actuellement à 1,45% sur 15 ans, 1,65% sur 20 ans et 1,85% sur 25 ans », comme l’a récemment rappelé le courtier Vousfinancer.com, qui fait état de quelques baisses de taux en octobre.

Autre phénomène qui n’a pas échappé à Alexander Kraft: « Aujourd’hui, 85% des acheteurs d’un bien haut de gamme à Paris sont Français, alors qu’en temps normal on a en moyenne 50% d’acquéreurs étrangers », précise le patron du plus grand réseau de prestige dans le monde. « Les Français sont beaucoup plus actifs que d’habitude, et bon nombre d’entre eux sont prêts à surclasser, c’est-à-dire à acheter un appartement plus grand ou mieux situé », ajoute-t-il.

Le VIe arrondissement

D’autant plus que les prix se sont assagis. Pour s’offrir un bien de luxe dans la capitale, il faut compter « au minimum 12.000 euros le mètre carré, mais beaucoup se vendent à plus de 20.000 euros/m² », assure tout de même Alexander Kraft. Chez Sotheby’s, le prix moyen d’une transaction avoisine les 2,6 millions d’euros.

Sans surprise, c’est surtout le VIe arrondissement (Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Saint-Sulpice, jardin du Luxembourg etc.) qui est recherché, suivi des VIIe, VIIIe et XVIe. « Ça bouge énormément dans le VIe qui est particulièrement vaste et comprend beaucoup de sous-quartiers », ajoute le patron du réseau. Une tendance qui semble donc se confirmer.

les ventes de biens immobiliers de luxe à Paris se concentrent désormais sur les arrondissements centraux de la capitale, au détriment de l’ouest qui n’attire plus autant les propriétaires fortunés qu’il y a 25 ans, rappelaient les notaires d’Ile-de-France dans une étude parue en début d’année. Ainsi, sur les 10% des ventes affichant le prix au mètre carré le plus élevé, seule une sur dix s’est conclue dans le XVIe arrondissement, contre une sur trois au début des années 1990.


Cabinet Roche & Cie, Expert-comptable à Lyon
Spécialiste de l‘immobilier et de la fiscalité des non-résidents